Les Expositions

Marche et démarche du peintre

Patrick Lipski suit son chemin, D’ailleurs son autoportrait le montre en marcheur, vu du ciel. On reconnaît son chapeau. Il est pieds nus dans la couleur. Le visiteur lui-même n’est-il pas invité à marcher dans la peinture celle-ci étant en partie présentée au sol ?

Sol, plafond, murs… C’est que la peinture pour Lipski est partout, il vit dedans depuis plus de cinquante ans. Il la respire au point de replonger encore une fois dans son histoire. C’est ainsi qu’il convoque aujourd’hui la grande peinture à travers Fragonard, Vélasquez, Vinci autour de représentation de femmes. Hommage, citation, interprétation, restitution… Impossible de répartir selon une classification qui épuiserait d’ailleurs la réalité de sa peinture. Alors, pourquoi s’emparer de chefs-d’œuvre et en faire les sujets de ses propres tableaux ? Veut-il ici dévoiler un sens caché ? Non simplement pour lui, l’art et l’œuvre n’existeraient que dans le jeu ou l’exercice de la variation. Ainsi, c ’est toujours autour de la représentation féminine que se construit le tableau. Que reste-t-il alors de Fragonard, Vinci, Vélasquez chez Lipski ? La citation devient-elle une nouvelle forme d’affirmation picturale ? Une façon de repositionner sa peinture ? Le besoin de s’approprier ce qui est perdu à travers une représentation autre ? Questions qui resteront sans réponse, le mieux en effet est de laisser aller le regard sur la toile. 

Décidément, Lipski aime les classiques. En effet, les supports eux-mêmes font un retour aux triptyques, polyptyques… qui renvoient là encore à d’autres temps. Peints durant la période du Moyen Âge et de la Renaissance pour servir de retables dans les églises, ses panneaux articulés sont aujourd’hui pour lui l’occasion de compléter la représentation féminine de scènes annexes, de la mettre en situation et de jouer sur un dévoilement progressif. 

Que produisent ici ces œuvres à « tiroirs » ? De nombreuses variantes sont possibles car chaque partie fragmente une représentation puis en laisse apparaître une autre. Cacher et montrer n’est-ce pas l’objet même de l’art et plus particulièrement de la peinture ? Érotisme du voir où le cacher ne se révèle que par étapes… N’est-ce pas là l’effet recherché ? En ouvrant un panneau délicatement apparaît ici une cuisse, là une épaule. 

À l’intérieur, on découvre l’ombre du peintre qui plane sur le modèle. Il est au travail tout à son affaire de retouche… La peinture encore et toujours, il est là, bien dedans.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Sandrine Morsillo

Installation à la Médiathèque de Savigny le Temple / 2015-2016

Hommage aux victimes du Drame au Bataclan 

Voir plus
Hommage aux victimes du Drame au Bataclan, Patrick Lipski 2015
Retable,

« En marchant dans la Peinture » / 2016

Exposition à la Galerie du Génie de la Bastille, Paris 11

Visitons l'exposition

Plus sur l'expo

Le Peintre en résidence à l’Auberge Ganne, Musée de Barbizon / 2015

Barbizon, France 

Voir Plus

Exposition à La Conciergerie / Paris, 2014

Voir plus

Le Génie des Jardins / 2012

Biennale d'Art contemporain du Génie de la Bastille, dans les jardins et squares du 11ème arrondissement

Voir plus sur le Génie des Jardins
Décor pour défilé de mode Patrick Lipski 2011 Mairie du XX ème (Paris)

Décor pour défilé de mode / 2011 

Mairie du XXème (Paris) 

Voir plus

« Art Domestique » / 2009 

Cité Internationale des Arts, Paris

Voir plus
« Art Domestique » / 2009, Patrick Lipski Cité Internationale des Arts CIA
« Art Domestique », Patrick Lipski, 2009, Cité Internationale des Arts
« Art Domestique », Patrick Lipski, 2009, Cité Internationale des Arts, Paris